Nous sommes le Jeudi, 15 Nov 2018
Vous etes ici :     Home Communiqués de l'UPF Rentrée politique 2010 de l'UPF : 11 septembre à NANCY
Rentrée politique 2010 de l'UPF : 11 septembre à NANCY PDF Imprimer E-mail



Comme convenu, Etienne PATIER, Henry AFONSO et Sébastien NANTZ, coprésidents de l'UPF, et le bureau, vous informent que la rentrée politique de notre mouvement se tiendra à NANCY (54), au coeur même de la cité ducale, à la "Tavola d'Italia", Building Joffre-Saint Thiebaut, 13-15, boulevard Joffre le samedi 11 septembre 2010.

 



Le programme indicatif en sera le suivant :

10H00 : réunion à huis clos du Conseil National de l'UPF

12H00 : déjeuner républicain (22 €)

14H00 : réunion publique sur le thème "Les défis de la laïcité à la française" (ouverte à tous – gratuit) avec à l'ordre du jour :

Introduction et mot d'accueil par Sébastien NANTZ, coprésident de l'UPF
Conférence-débat sur les thèmes de réflexions suivants :
1/ Pourquoi faudrait-il modifier la loi de 1905 ?
2/ Comment défendre la laïcité et le "vivre ensemble" ?


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Trois grandes ruptures, qui s'inscrivent dans un contexte historique propre à la France, ont engendré ce qu’il est convenu d’appeler « la laïcité à la française ».

La première est celle provoquée par la Révolution lorsque le pouvoir de l’Etat est passé du Roi à la Nation. La seconde est la séparation des Eglises et de l’Ecole. La troisième est la séparation des Eglises et de l’Etat issue de la loi du 9 décembre 1905, loi fondatrice et fondamentale de notre République.

C'est cette Histoire qui a conduit la France à consacrer explicitement la laïcité comme principe constitutionnel depuis 1946. La constitution gaullienne du 4 octobre 1958, de même, dispose dans son article 1er que « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». L’ordre des mots ne doit rien au hasard : la République doit avant tout garantir l’égalité juridique des citoyens et leur autonomie de pensée.

Mais aujourd'hui, la société française s'est transformée : le recul de l'influence de l'Eglise catholique est allé de pair avec l'émiettement du champ religieux, dont les sectes ne sont qu'une manifestation, et l'émergence de confessions que la loi de 1905 ne pouvait connaître.

Faudrait-il alors réfléchir à un autre équilibre entre l'Etat républicain et les religions ?

Le fait que la laïcité ait été au centre du débat politique en France depuis de longs mois, qu'il s'agisse du délit de blasphème en train de s'imposer en France ; du port des signes religieux à l'école ; de celui de la burqa ; des repas halal dans certaines cantines scolaires ou bien de la revendication qu'une femme musulmane ne soit pas traitée par un médecin homme, pourrait le laisser entendre...

Car ces polémiques ont eu le mérite de révéler, au-delà de la rencontre avec l'islam, les incertitudes de la laïcité mise à l'épreuve de la sécularisation. Et Nicolas Sarkozy n'a-t-il d'ailleurs pas franchi le pas en créant comme ministre de l'Intérieur, en 2003, le Conseil français du culte musulman (CFCM) ou en appelant en 2008 à une "laïcité positive" ?

Pour autant, s'il convient de rester vigilant pour que la laïcité ne régresse pas, les dangers sont-ils tels qu'ils impliqueraient d'aussi profondes atteintes aux principes de la loi de 1905 ?

N'est-ce pas justement parce que les valeurs de la République se trouvent confrontées à de nouveaux défis, notamment à celui de la tentation du repli communautaire et de ses intolérances, qu'une remise en cause de cette loi contribuerait davantage à affaiblir les fondements de la République qu'à les renforcer ?

Faute de pouvoir apaiser le débat, nous avons le devoir de l'enrichir.

Y répondre suppose de se réapproprier la notion de laïcité, dont la défense a été trop longtemps laissée aux extrêmes, et d'imposer les moyens pour faire en sorte que ce principe soit une réalité dans la France du XXIème siècle.

Il importe donc de ne pas se tromper dans les choix de ceux-ci.
Car les sirènes de la laïcité "de combat", qui riment trop souvent avec une philosophie antireligieuse ou une obsession rageuse ciblée contre une seule religion (hier le catholicisme, aujourd'hui l’islam), ne renforcent pas ce qu'elles sont supposées défendre.
Au contraire, la laïcité, en distinguant une sphère publique et une sphère privée, garantit la liberté de conscience, la coexistence de citoyens de confessions ou cultures différentes au nom du pluralisme et de l'égalité de traitement, et permet ainsi d'organiser la vie en commun.
Aussi, si nous souhaitons préserver les valeurs de notre République laïque et protéger notre société contre les intégrismes de toutes sortes, ne nous appartient-il pas plutôt de faire vivre au quotidien une citoyenneté exemplaire, intimement liée à la question de l'école comme institution ?

Si vous souhaitez connaitre nos réponses et participer à ce débat d'actualité en notre compagnie, il vous suffit de venir à cette réunion de rentrée !


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour la bonne organisation de cette journée de rentrée, il est impératif, pour ceux qui seront présents au déjeuner, de nous confirmer votre présence avant le 4 septembre et que vous joigniez à votre inscription votre règlement par chèque de 22 € à l'ordre de l'Union du Peuple Français.

Bulletin d'inscription à découper et à retourner par retour du courrier à l'adresse suivante :

Sébastien NANTZ, 3, rue du Point-du-Jour, 54210 SAINT-NICOLAS-DE-PORT - Tél. : 03.83.46.83.59 - Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
BULLETIN D'INSCRIPTION



NOM :
Prénom :
Adresse :

Tél. :
Courriel :

¤ je participe au déjeuner républicain de 12h00
¤ je participe à la réunion publique de 14h00

(cochez les cases choisies)

Je viens à NANCY :

¤ en train, gare de de Nancy-Ville (ligne Paris Est-Strasbourg)
¤ en voiture, (A 31, sortie 20 - Nancy centre)

(cochez les cases choisies)

 

Sondage

Pour lutter contre le chômage, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche :
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com