Les réflexions gaullistes de la semaine du 9 au 15 novembre 2020 par Christophe CHASTANET Imprimer
Écrit par Christophe   
Mercredi, 11 Novembre 2020 10:50

Vendredi 13 novembre 2020 :   

 

La révolution du statu quo : une doctrine qui sied à merveille à nos gouvernants ! 

Vous en connaissez beaucoup des pays où un chef de gouvernement tient une conférence de presse après un Conseil de défense, pour... ne rien annoncer ?

Il y a quand même quelque chose d'assez fascinant à écouter un responsable politique parler pour ne rien dire. C'est tout un art !

Si ces propos sont mâtinés d'ironie, ils ne sauraient pour autant masquer une conviction profonde sur la vacuité de notre système politique. 

Mais revenons-en au Père Noël qui attendait fébrilement l'intervention de Jean Castex d'hier au ministère de la Santé pour savoir s'il pourrait se déplacer en France sans attestation... 

En l'état, le Premier ministre a exclu tout assouplissement du confinement jusqu'au 1er décembre, en dépit des demandes insistantes provenant notamment des petits commerçants. 

Beaucoup attendaient cette clause de revoyure au bout des 15 premiers jours du reconfinement. Ils en sont pour leurs frais. Ce système permet seulement au gouvernement de gagner du temps. 

Il est quand même permis de douter de cette stratégie qui va sacrifier de nombreuses entreprises parmi les TPE/PME alors qu'ils pourraient parfaitement fonctionner avec un protocole renforcé. La potion est dure à avaler ! 

Vivre sous cloche et dans l'incertitude n'est pas tenable sur du long terme. Les citoyens et les entrepreneurs ont besoin de se situer et de pouvoir planifier leur lendemain. 

Le gouvernement donne vraiment l'impression de subir cette crise sanitaire et de n'avoir pour seules réponses à apporter que des mesures restrictives au lieu de réfléchir à un nouvel équilibre. 

Plus les jours passent et plus on sacrifie l'avenir au présent. Et nous le paierons très cher !


Mercredi 11 novembre 2020 :  

Un vaccin contre le COVID-19 efficace à 90 % en moins d'un an ? 

Depuis lundi soir - alors même que les résultats préliminaires restent à confirmer et que l’on ignore son efficacité sur les personnes vulnérables ou sa durée de protection - l'agitation est à son comble et s'empare du monde après cette annonce du géant pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ! 

Un sujet chasse l'autre... 

Après les élections américaines, voici la nouvelle marotte de nos médias et... des spéculateurs : les bourses mondiales s'enflamment creusant un peu plus l'écart avec la réalité économique. Certains semblent donc déjà y trouver leur compte mais est-ce réellement surprenant ? 

Au risque de jouer les rabat-joies, on a assez taillé des croupières au vaccin russe Spoutnik V cet été pour ne pas prendre quelques précautions avant de s'emballer ! 

N'oublions pas aussi que la course au vaccin n'a rien d'altruiste. Derrière la façade de ceux qui se la jouent "sauveur de l'humanité" se cache des intérêts moins nobles. Car être le premier à découvrir le vaccin et pouvoir le commercialiser et c'est le jackpot assuré (sans attendre, le PDG de Pfizer a d'ailleurs vendu 5,6 millions de dollars d'actions de sa compagnie dès lundi)...

D'où la précipitation d'annoncer l'injonction miracle ! 

Aussi, avant de se poser la question d'une vaccination obligatoire - à l'instar de Yannick Jadot et alors que la Haute Autorité de santé est plutôt contre - interrogeons-nous plutôt sur les données d'efficacité et de sécurité d'un vaccin "à ARN messager (ARNm)" basé sur une technologie nouvelle qui n'a pas fait ses preuves contre d'autres virus jusqu'ici... mais qui a pour particularité intéressante de pouvoir être produit très facilement en très grande quantité ! Vous suivez la combine ? 

"Un jour j'irai vivre en Utopie, car en Utopie tout est possible"

Mis à jour ( Vendredi, 13 Novembre 2020 13:30 )