Nous sommes le Jeudi, 13 Auo 2020
Vous etes ici :     Home
Les Estivales 2020 de Valentin LAGORIO PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Lundi, 27 Juillet 2020 12:02

07.08.20 : Macron et la mauvaise procession des limaces

 

Deux jours après les terribles explosions qui ont ravagé Beyrouth et fait de nombreuses victimes, le président de la République Française s’est rendu sur place hier pour constater les dégâts et assurer au Liban le soutien de la France. 

Après la tenue du pilote de chasse, voici la tenue de sauveur du monde. La présence d’Emmanuel Macron sur le sol libanais était inutile, elle n’a servi que le président lui-même qui s’est lustré l’égo. 

L’aide humanitaire de la France est plus que normale, mais que le président vienne se pavaner devant caméras et micros n’était absolument pas nécessaire.  

De quel droit ou plutôt de quelle légitimité se donne-t-il la possibilité de donner des leçons de morale aux autorités libanaises ? le personnel politique de la France est-il plus propre ? en quoi se permet-il de faire de l’ingérence en menaçant le Liban de sanctions si le pays n’est pas réformé ? pour qui se prend-il lorsqu’il dit entendre et comprendre la colère du peuple libanais alors qu’il a été incapable d’entendre et de comprendre celle du peuple français, notamment les gilets jaunes, qu’il a toujours méprisé et humilié ?!  

Non, Monsieur Macron n’a pas de leçons de morale à faire au Liban quand on voit l’état de la France où la démocratie est malade ; où la crise sanitaire a été mal gérée. La Nation souffre et le président Macron se fait le sauveur du monde. 

Difficile de faire le mal dominant à l’international lorsque dans son propre pays on est incapable de faire respecter les forces de l’ordre ; que l'on se couche devant les indigénistes et autres « vermines » des quartiers tandis que l’on réprime toute opposition politique et sociale !

 

05.08.20 : Tragédie à Beyrouth 

 

Mardi 4 août 2020, en soirée, deux explosions successives se sont produites dans la ville de Beyrouth au Liban. 

A l’heure actuelle, plus de 100 morts sont à déplorer ainsi que plus de 4 000 blessés. 

Les explosions seraient dues à un amas de 2 750 tonnes de nitrates d’ammonium dans un entrepôt du port. Ce n’est pas sans rappeler l’explosion du l’usine AZF de Toulouse en septembre 2001 qui avait causé la mort de 31 personnes et blessé 2 500 autres...

Alors, attentat ou négligence coupable ? 

Nul ne le sait vraiment et le saura-t-on un jour ? mais, ce qui est certain, c'est que la région sera davantage fragilisée par une nouvelle déstabilisation du Liban. 

Des explosions qui ont soufflé les quartiers dans un rayon de 10kms... imaginez donc le port de Marseille soufflé par ces deux explosions ! 

La destruction du port de Beyrouth sonne le glas pour un pays comme le Liban qui est dépendant économiquement. 

Le Liban vit un drame national, la France et le Liban sont liés entre eux depuis longtemps. C’est par ces liens que la France envoie une aide humanitaire dès aujourd’hui. 

Solidarité et compassion au peuple libanais !

 

01.08.20 : Même en vacances, c’est la crise ! 

Beaucoup de secteurs économiques ont été fragilisés par la crise sanitaire, dont des fleurons comme Renault qui a affiché une perte nette de 7 milliards ; Airbus qui livre moins d’avions ou Total qui affiche une perte nette de 8 milliards. 

Le même constructeur Renault qui avait soit dit en passant annoncé une suppression de 15 000 postes dont 4 600 en France...

Une chose que nous n’avons jamais comprise : pourquoi les charges n’ont pas été annulées purement et simplement ? et ce pour toutes les activités économiques car les reports ne sont que des pansements sur une jambe de bois. 

Hormis les secteurs économiques touchés par la crise sanitaire, le secteur touristique est lui aussi durement éprouvé. 

Le secrétaire d’État, Jean Baptiste Lemoyne, reconduit au gouvernement Castex et toujours chargé du tourisme est formel : « il y aura du manque à gagner ». 

Au niveau mondial, il grimpe à 350 milliards de dollars. En France, un plan de soutien massif de 18 milliards d’euros a été mis en place et il sera permis aux entreprises touristiques d’emprunter jusqu’à 75 % du chiffre d’affaires. 

Malgré le virus, les départs en vacances sont nombreux. Chacun comprend que nous pouvons partir en France, tout en prenant le maximum de précautions (gel hydroalcoolique, masques, gestes barrières), de façon à panser les acteurs économiques. 

Ainsi Paris se retrouve boudé, au contraire des littoraux, des campagnes et des montagnes...

Toujours selon Monsieur Lemoyne, le fonds de solidarité a bénéficié à plus de 400 000 entreprises. Mais 20% des établissements pourraient ne pas se relever !

Le plan de relance, qui sera présenté par Bruno le Maire, devra être à la hauteur, surtout pour ne pas perdre la face dans un gouvernement qui se dit de « combat » !

 

27.07.20 : Un nouveau gouvernement qui semble guidé par l’intérêt de la réélection

Un mois de juillet nominatif, avec au début du mois la nomination des membres du nouveau gouvernement où seules quelques nouvelles têtes émergent qui s’apparentent à un coup de communication et en fin de mois les secrétaires d’État. 

Après les ministres, c’est donc au tour des secrétaires d’État d’avoir été nommés hier. 

Il n’y a rien d’extraordinaire. Le parti éternel de la girouette qui se trouve être le MoDem, de François Bayrou, se voit offrir deux postes de secrétaires d’État, l’un au Sport et à la Jeunesse, l’autre à l’Éducation, même poste que Bayrou avait occupé entre 1993 et 1997. Une consolation pour la girouette du sud-ouest. 

Au total, 43 membres, ce qui en fait le plus gros gouvernement depuis 15 ans. 

C’est vrai qu’il y a tant à faire : la crise sanitaire ; la relance économique pour laquelle nombre d’engagements ont été pris ces derniers temps et qu’il faudra tenir sous peine de revoir le spectre des gilets jaunes ressurgir pour marquer une nouvelle crise de confiance entre la France d’en bas et celle d’en haut qui ne refuse rien. 

Nous pouvons noter la présence d’Olivia Grégoire au secrétariat d’État à l’Économie sociale, solidaire et responsable, qui est experte en stratégie d’entreprises ou de start-up, idéal pour Monsieur le Président qui fait de la France une « start-up Nation » où chaque Français est apparenté à un ouvrier maltraité, humilié…

Quant à Laurent Pietraszewski, il est reconduit à son poste, chargé des retraites, malgré son passé houleux…

Bref, en donnant des faveurs à certains, à des alliés de circonstances, en en recyclant d’autres, en faisant des postes doublons (Clément Beaune chargé des affaires européennes - alors qu’il y a déjà une ministre qui s’en occupe - ou Bérangère Abba chargée de la biodiversité auprès de la Ministre de la Transition écologique), la Macronie peine à se réinventer et à attirer. 

Cela ne semble pas être un gouvernement porté vers l’intérêt général ! 

La pente sera dure à remonter. Arriveront-ils à renouer la confiance des Français ?

Mis à jour ( Vendredi, 07 Août 2020 11:59 )
 
Les réflexions gaullistes de la semaine du 20 au 26 juillet 2020 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Lundi, 20 Juillet 2020 09:20

Lundi 20 juillet 2020 : 

Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos (commerces ; établissements recevant du public ; banques etc.) à partir d'aujourd'hui. 

La Direction générale de la Santé a affirmé, hier, que le non-respect de cette mesure serait passible d’une amende de 135 euros.

Certains Français - qui n'en sont pas à une contradiction près - ont clairement indiqué qu'ils entendaient refuser de se plier à ce qu'ils estiment être une atteinte à leur liberté et une manœuvre du gouvernement pour imposer un contrôle organisé...

Ce sont pourtant souvent les mêmes qui avaient dénoncé avec vigueur l'attentisme des autorités durant le confinement, accusées - à juste titre - de louvoyer à propos du port des masques au regard de la réduction des stocks stratégiques et l'absence d'anticipation.

L'égoïsme et l'aveuglement les conduisent aujourd'hui à tenir un double discours incohérent. Ce ne sera pas notre cas !

Que n'aurait-on pas dit si le port du masque avait été rendu obligatoire, au moment du déconfinement le 11 mai dernier ?

Il s'avère que le taux de reproduction du virus repart à la hausse sur le territoire métropolitain, pour atteindre 2,62 en Bretagne. Ce qui signifie que dix personnes infectées en contaminent 26...

Alors, il s'agirait de ne pas se tromper de cible en maudissant l'État infantilisant qui n'aurait pas eu à agir si la conscience collective était suffisamment forte et les gestes barrières respectés par tous !

Qui n'a pas vu ces images de rassemblements publics, aussi dangereux qu'inutiles, en période d'épidémie ?

Les pandémies à travers l’histoire humaine ont toujours existé. Or, pourquoi est-on incapable, dans nos sociétés modernes, de nous adapter, à défaut de changer notre mode de vie ?

Tant qu'un vaccin ne sera pas sur le marché, nous serons exposés et potentiellement vecteurs de transmission du coronavirus.

Individualisme et narcissisme ne font pas bon ménage avec ce virus. Et les fausses rébellions non plus !

Que tous ceux qui se croient à l'abri et/ou plus forts que les autres n'oublient pas que 30 000 Français ont perdu la vie à cause du Covid-19 !

NB : LE BILLET D’ACTUALITÉ DES RÉFLEXIONS GAULLISTES PREND SES QUARTIERS D’ÉTÉ ET REVIENT LE 31 AOÛT ! BONNES VACANCES A TOUS ET RETROUVEZ-NOUS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK EN ATTENDANT !

Mis à jour ( Lundi, 27 Juillet 2020 09:19 )
 
Les réflexions gaullistes de la semaine du 13 au 19 juillet 2020 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Mercredi, 15 Juillet 2020 09:41

Mercredi 15 juillet 2020 :

 

 

Épidémie de coronavirus oblige, la Fête nationale aura été toute particulière cette année, tant en matière de festivités ; de cérémonies patriotiques que de message politique.

A la tête de l'État, Emmanuel Macron a renoué avec un exercice auquel il avait mis fin au début de son quinquennat : l'interview présidentielle du 14 juillet.

A défaut d'emporter la conviction sur le fond, elle aura au moins servi à effacer l'impression désastreuse laissée par sa dernière allocution du 14 juin dernier (lire réflexions gaullistes CC, 15/06).

Ainsi, le fait qu'il reconnaisse que les Français puissent le détester était un préalable nécessaire pour retrouver leur écoute, à défaut de leur adhésion...

De cet entretien, on retiendra surtout que le port du masque sera imposé dans les lieux publics clos à compter du... 1er août (vive les lenteurs réglementaires !).

Les signes que le virus repart à la hausse sont inquiétants et impliquent une vigilance accrue de tout un chacun. Cette mesure de bon sens s'imposait pour éviter le relâchement constaté depuis quelques semaines. Mais on n'oubliera pas pour autant la cacophonie à ce sujet et le fait qu'entre mars et juillet, l'inutile est devenu obligatoire !

On attendait aussi le président de la République sur le nouveau gouvernement Castex et sur les réformes. 

En ce qui concerne le "nouveau chemin", il n'aura guère convaincu, les hommes et le cap restant les mêmes. Et, au lieu de tracer une nouvelle feuille de route, il en a été réduit à commenter la polémique Darmanin... tristesse et décadence !

S'agissant du sujet des retraites, la reprise des discussions ne signifie pas pour le président Macron que l'équilibre en sera modifié et on ne sait pas si la réforme interviendra avant 2022. Tout reste donc à faire avec les partenaires sociaux.

Enfin, pour faire face à la montée du chômage qui est inéluctable, le chef de l’État a mis l'accent sur l'emploi des jeunes en annonçant un « dispositif exceptionnel » d'exonération des charges et la création de 300 000 projets d'insertion... des annonces qui reposent sur de vieilles recettes éculées, rappelant les emplois d'avenir de François Hollande, bien loin de l'ambitieux plan de relance tant attendu !

Entre généralités et approximations, difficile d'en savoir beaucoup plus sur les intentions présidentielles.

Et c'est bien là tout le problème !

Car, si l'on suppose qu'il a laissé à Jean Castex - qui prononcera aujourd'hui son discours de politique générale - le soin de détailler les mesures concrètes, il n'en demeure pas moins que nous sommes en juillet et qu'aucune leçon de la crise n'a encore été réellement tirée au sommet de l'État alors même que le président Macron avait fait mine de s'y engager le mois dernier...

Incapable de se réinventer et de rompre avec son modèle économique libéral ; sans vision, ni initiative politique, qui peut réellement croire qu'il va réussir là où il a échoué depuis 3 ans ?

Mis à jour ( Lundi, 27 Juillet 2020 17:32 )
 

Sondage

Quand vous pensez aux réformes menées par Emmanuel Macron sur le plan économique depuis 2017, diriez-vous que globalement ces réformes ont...
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com