Nous sommes le Jeudi, 13 Déc 2018
Vous etes ici :     Home
Emmanuel Macron au confessionnal PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Lundi, 10 Décembre 2018 22:19

Communiqué du Bureau National de l'UPF du 10 décembre 2018


 

Voici dans son intégralité le communiqué du Bureau National de l'UPF concernant l'allocution présidentielle en réponse au mouvement des « gilets jaunes » :



Depuis presque un mois la France connait un conflit social sans précédent qui, au fil du temps, s'est transformé en un début de révolte populaire.

Peu à peu Emmanuel Macron a perdu toute légitimité en misant sur le pourrissement d'un mouvement, plus profond qu'il ne l'imaginait, et en épuisant les forces de l'ordre, pourtant censées protéger la population, avec des stratégies de maintien de l'ordre changeantes au fil des manifestations et parfois contestables.

Jamais nous n'avions vu la France autant divisée !

Emmanuel Macron, premier responsable de l'embrasement de notre pays, a enfin fini par accepter de s'exprimer ce soir. 

Bien qu'il affirme prendre sa part de responsabilité dans la situation et au-delà de l'autoflagellation de facade, il nie en être le principal fautif puisqu'il estime que ce sont 40 années de malaise qui ressurgissent.

Or, la série de mesurettes annoncée - qui va à l'encontre de décisions pourtant défendues à corps et à cris depuis 18 mois - ne sont que des pis-allers : un geste pour les petites retraites en annulant la CSG par-ci ; une augmentation du SMIC de 100 euros par-là... cela ne fait pas une vision à long terme.

Il ne suffit pas de déclarer l'état d'urgence sociale, encore faut-il y répondre réellement. 

Et il est bien évidemment hors de question pour lui de restaurer l'ISF ou de consulter le peuple. Sauf que ce n'est pas l'instauration de débats publics qui y changeront quelque chose quand on se rappelle celui sur l'identité nationale qu'avait ouvert Nicolas Sarkozy...

Alors, si dans le meilleur des cas, la fièvre retombe, gageons qu'elle reprendra dans quelques temps car le peuple oublié ne veut plus subir et entend reprendre en main son destin.

Comme dans notre précédent communiqué, au lendemain des premiers débordements dans la capitale, nous persistons à croire que seule l'annonce d'une consultation du peuple français saura apaiser la situation et évitera que les Français s'entredéchirent chaque samedi !

Le président de la République ne peut pas fuir plus longtemps ses responsabilités et doit se hisser à la hauteur de la fonction car qui gouverne contre le peuple en recolte la tempête.

 

 

Mis à jour ( Mardi, 11 Décembre 2018 12:28 )
 
Motion d'orientation politique adoptée en Convention Nationale à Paris le 1er décembre 2018 PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Samedi, 01 Décembre 2018 18:09

MOTION D'ORIENTATION POLITIQUE





La politique menée par Emmanuel Macron depuis 18 mois est une politique sans valeur(s).

Adepte de l’enfumage sémantique, la prétention à détenir le monopole de la description exacte de la réalité caractérise le discours du président dont l’arrogance et le mépris sont érigés en préceptes.

Comment ne pas alors comprendre la défiance dont il fait l’objet, accusé à juste titre de n’avoir aucune empathie pour les citoyens et de s’accommoder, voire d’accompagner un nouvel ordre mondial inégalitaire, individualiste et matérialiste.

Car, sous couvert d’apolitisme post-moderne, de pragmatisme et de rationalisation, une idéologie gouverne bien les réformes mises en œuvre : celle de l’autoritarisme néolibéral qui conduit la France tout droit à l’échec.

Même les économistes qui avaient inspiré son programme présidentiel ont pris leurs distances avant l’été en affirmant, dans une note confidentielle, que la politique menée était, à leurs yeux, déséquilibrée et ne mettait pas assez l'accent sur la question sociale.

Alors que les Français ne parviennent pas ou tout juste à boucler leur budget du fait des dépenses contraintes (loyer, assurance, chauffage…) qui ne cessent d’augmenter, la majorité présidentielle a choisi de faire reposer l’effort fiscal sur les classes moyennes et populaires… il n’en fallait pas plus pour que cette injustice fiscale et sociale fasse exploser une colère accumulée depuis des années qui s’est cristallisée à travers le mouvement des « gilets jaunes ». 

Ce mouvement social porte une nouvelle forme de contestation et d’intervention dans le champ politique qui devrait suffisamment interpeller le système partisan classique pour qu’il réfléchisse au traitement politique des revendications éparses qu’il porte

A l’heure où le temps s’accélère et où les formes d’organisation et d’intégration étatique déclinent, il est urgent de redéfinir notre modèle de société et de repenser notre démocratie avant que les élites mondialisées n'aient tout détruit ou définitivement confisqué tous les pouvoirs de décision qui, comme la souveraineté nationale, appartiennent au peuple.

C’est pourquoi les gaullistes doivent avoir à cœur de permettre aux Français de retrouver la maîtrise de leur destin et le sens de la communauté nationale en valorisant toutes les formes d'implication et d'engagement et en leur proposant des orientations claires, audibles et efficaces.

N'en déplaise aux Cassandres, soutenir une politique de relocalisation industrielle et de relance économique dans le cadre de l’État-Nation, à l’opposé de la logique libérale et destructrice, ne fait pas de nous les défenseurs d'un modèle social dépassé.

Nous n'avons pas vocation à être une opposition parmi les autres mais à devenir le mouvement transversal, ouvert à toutes et tous, qui sera un outil au service de ceux qui souhaitent se réapproprier le débat public et refonder une citoyenneté active sur la base de ces positions sociales et républicaines. 

Cette approche ambitieuse nous engage et implique aussi, nous concernant, que nous arrêtions de croire au mythe de l’homme providentiel qui nous fait regretter à longueur d’année qu'il n'existe pas un personnage de la dimension d'un général de Gaulle pour endosser l'immense responsabilité d'incarner la France.

Le renouveau ne pourra venir que de notre détermination et de notre volonté. C’est pourquoi nous entendons proposer la voie d’un rassemblement le plus large, dépassant nos querelles d’antan, pour construire le gaullisme du XXIème Siècle.

Plus que jamais, il nous appartient de réaffirmer notre singularité car l'illusion sociale-libérale qu'on nous vend comme la seule voie d'avenir n'est qu'une impasse mortifère.



                                                                                                

Paris, le 1er décembre 2018

Mis à jour ( Lundi, 03 Décembre 2018 09:24 )
 
Les «gilets jaunes», un mouvement qui illustre les fractures françaises PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Dimanche, 25 Novembre 2018 09:53

Communiqué du Bureau National de l'UPF du 25 novembre 2018


 

Voici dans son intégralité le communiqué du Bureau National de l'UPF concernant le mouvement des « gilets jaunes » :



Depuis plusieurs jours, des manifestations composées de Français de tous bords et de toutes classes sociales ont lieu dans tout le pays. 

Ce samedi 24 novembre ces rassemblements, au départ pacifiques, ont pris la forme d'un début d'insurrection sur les Champs-Élysées à PARIS où des barricades ont été dressées et de violents incidents ont vu s'affronter des manifestants aux forces de l'ordre. 

Le pouvoir en place assimile même ce soulèvement populaire, qui exprime une colère nourrie par un légitime sentiment d'injustice, à une manœuvre de l'extrême droite, ce qui constitue un déni de réalité !

Même si le Rassemblement National est présent dans le mouvement, les "gilets jaunes" ne sont pas une mobilisation identitaire mais portent des revendications sociales face à un pouvoir d'achat et un niveau de vie qui ne cessent de se dégrader.

Loin de calmer les esprits, l'actuel président de la République est au contraire responsable de l'aggravation de cette situation par ses multiples provocations envers un peuple aux nerfs à fleur de peau auquel il n'en fallait pas plus pour se soulever.

Face à cette contestation qui échappe à tout cadre politique ou syndical, nous appelons solennellement Emmanuel Macron - qui est si sûr de ses choix, notamment en matière de hausse des taxes - à soumettre au référendum un projet de loi, ce que lui permettent nos institutions s'agissant d'un sujet portant sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation ou, en dernier recours, à dissoudre l'Assemblée Nationale, comme l'avait fait le général de Gaulle pour sortir des évènements de mai 68.

Si Emmanuel Macron ne répond pas à cette crise par une de ces solutions démocratiques en redonnant la parole au peuple, il ne faudra pas s'étonner si les Français se tournent vers des solutions plus radicales, ce qui serait regrettable pour l'avenir de notre pays !

Comme à chaque occasion où des heures graves guettent notre pays, les gaullistes se tiennent prêts à répondre présents !

Mis à jour ( Lundi, 26 Novembre 2018 11:06 )
 

Sondage

Pour lutter contre le chômage, de laquelle des deux opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche :
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com