Nous sommes le Vendredi, 20 Sep 2019
Vous etes ici :     Home
Les réflexions gaullistes de la semaine du 16 au 22 septembre 2019 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Jeudi, 19 Septembre 2019 08:56

Jeudi 19 septembre 2019 :

 

 

Le procès de Jean-Luc Mélenchon, pour les incidents ayant émaillé la perquisition au siège de La France Insoumise en octobre 2018, commence aujourd'hui à Bobigny.

Il s'agit pour le leader des insoumis d'en faire une tribune et de dénoncer la justice politique ou ce qu'il appelle le "lawfare", pratique destinée à museler les oppositions.

En adoptant cette ligne de défense, non seulement il veut tenter d'apparaître comme une victime de ses ennemis politiques (et sa visite cet été à Lula au Brésil n'était pas dénuée d'arrière-pensées...) mais il entend aussi devenir le symbole de tous les Français injustement maltraités et parfois renvoyés devant les tribunaux pour leurs agissements lors des débordements en marge des manifestations de "gilets jaunes". Il n'y a pas de petit profit.

Sauf que la théâtralisation a ses limites. 

On l'a vu dans cet épisode de la perquisition où il a clairement joué un rôle devant les caméras. En diffusant mercredi dernier la totalité de ses images, l'émission Quotidien de TMC a dévoilé le double-jeu (perdant) de Jean-Luc Mélenchon.

Ces images surréalistes, sur fond de violences verbales et physiques, ont relégué au rang d'accessoire le débat sur le caractère légitime d'une telle perquisition, qui plus est le jour du remaniement.

Si certains peuvent le regretter, les élus LFI, au premier rang duquel Jean-Luc Mélenchon, en sont les seuls responsables.

En faisant le coup de force, ils ont brouillé leur message.

Mélenchon aura donc bien du mal maintenant à convaincre qu’il est étranger à tout acte d'intimidation contre l’autorité judiciaire ; de rébellion et de provocation.

Pire, cette mise en scène ratée lui a fait perdre son capital politique ; le dernier score aux européennes le prouve (6,3% des voix contre près de 20% à la présidentielle de 2017). 

Et, malheureusement, cette stratégie illisible est du pain béni pour Macron…

Mis à jour ( Jeudi, 19 Septembre 2019 16:43 )
 
Les réflexions gaullistes de la semaine du 9 au 15 septembre 2019 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Dimanche, 15 Septembre 2019 20:15

Dimanche 15 septembre 2019 :

Le Parisien - Aujourd'hui en France a écrit:
Municipales à Paris : Villani, fait-il vraiment le poids ?

Nathalie Schuck et Julien Duffé
Article paru dans l'édition du 15.09.19

 

Voilà une semaine que Cédric Villani a déclaré sa candidature à la mairie de Paris et cette annonce n'en finit pas de faire parler.

Il ne possède ni les codes, ni le langage politique mais son profil correspond davantage aux parisiens que celui de Benjamin Grivaux, arriviste arrogant, dont les propos privés tenus sur ses concurrents ont définitivement plombé sa campagne.

Ce n'est d'ailleurs pas une surprise s'il le talonne dans le sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio dévoilé hier (15% contre 17%).

Il renvoie aussi la macronie à ses contradictions. En effet, on ne peut pas prôner le nouveau monde et l’uberisation de la vie politique quand on adopte les mêmes pratiques verticales que ses concurrents version ancien monde du PS et de LR.

Le Corrézien, électron libre, croit en son étoile, à l'image de Jacques Chirac il y a 42 ans qui s'était présenté à la mairie de Paris contre le candidat du président Valéry Giscard d'Estaing. 

Mais la vraie question reste celle de sa stratégie d'alliance (en l'absence de soutiens dans la classe politique) et de son positionnement (notamment vis à vis des Verts qui ont réalisé le second score dans la capitale aux européennes avec 19,94%).

A ce titre, l'interrogation qui s'affiche en Une du Parisien-Aujourd'hui en France de ce dimanche n'est pas anodine : "Villani fait-il vraiment le poids ?" 

Il faudra certainement attendre la fin de l'année pour savoir s'il s'agit d'un feu de paille ou d'un réel phénomène politique.

Mis à jour ( Lundi, 16 Septembre 2019 08:16 )
 
Les réflexions gaullistes de la semaine du 2 au 8 septembre 2019 par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Mardi, 03 Septembre 2019 11:57

Mardi 3 septembre 2019 : 

 

Féminicides : un Grenelle, pour quoi faire ?

Alors que le "Grenelle des violences conjugales" s'ouvre aujourd'hui à Matignon pour trois mois de concertation, son utilité est d'ores et déjà remise en question.

Pas sur la cause qu'elle défend naturellement.

Toute femme qui perd la vie sous les coups de son conjoint ou de son concubin en 2019 est une tache indélébile pour notre société, et en premier lieu pour la police et la justice qui n'ont pas su la protéger efficacement.

Un féminicide n'est pas une fatalité mais un échec violent pour tous ceux qui s'engagent contre les violences faites aux femmes.

C'est la raison pour laquelle, il est temps de dépasser le stade des belles intentions.

Non seulement le Grenelle de Schiappa ne répond pas à l'urgence - alors qu’une centaine de femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint depuis le 1er janvier - mais il ne peut être un succès que s’il débouche sur un plan concret, assorti d'un déblocage de crédits à la hauteur de l'enjeu de société. Ce qui n’est pas gagné en ces temps de restrictions budgétaires.

Plusieurs dispositifs sont déjà inscrits dans la loi pour protéger les femmes des violences conjugales, mais ils sont aujourd'hui sous-utilisés (lire l'interview revisitée de M. Schiappa par C. Champrigaud, Secrétaire-Générale de l’UPF, pour la Journée internationale de la femme du 8 mars 2019).

Meilleure prise en compte des plaintes ; multiplier les hébergements d'urgence ; réduire les délais judiciaires pour obtenir une ordonnance de protection ; généraliser les bracelets d’éloignement : les solutions concrètes sont pourtant connues afin de passer à la vitesse supérieure et il n'est pas besoin pour cela de trois mois d'introspection intellectuelle !

Car, en attendant, le message renvoyé par le gouvernement c'est : revenez en novembre, nous aurons peut-être une solution à vous apporter et d'ici-là vous pouvez vous faire tabasser tranquillement...

Mis à jour ( Mardi, 03 Septembre 2019 12:03 )
 

Sondage

La ministre des Transports E. Borne a été nommée ministre de la Transition écologique et solidaire suite à la démission de F. de Rugy. Elle assurera désormais les deux fonctions. Lui faites-vous confiance pour faire de l'environnement une priorité ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com