Nous sommes le Jeudi, 18 Sep 2014
Vous etes ici :     Home
Silence, on coule... par Sébastien NANTZ PDF Imprimer E-mail
Écrit par Sébastien   
Mercredi, 27 Août 2014 09:18
Vous avez dit nouveau gouvernement ?

Lundi nous apprenions la démission collective du gouvernement de Manuel Valls puis la reconduction de celui-ci pour former un nouveau gouvernement.

Le lendemain le verdict est tombé, un gouvernement à 95% identique au précédent (avec toujours autant de portefeuilles pour placer les copains). En réalité, seuls les 3 ministres "frondeurs" se sont vus remplacer. N'était-il pas plus simple d'exiger leur démission plutôt que de mettre sur le qui vive toute la presse française et de se donner en spectacle à l'Europe toute entière ?

Le chantre du made in France et de la fin de la rigueur, Arnaud Montebourg s'est donc vu remplacer par Emmanuel Macron qui est complètement en phase avec la politique économique voulue par François Hollande. C'est donc un banquier d'affaires de chez Rothschild ; un grand libéral convaincu qui sera chargé de liquider le peu de spécificité française qu'il reste dans l'économie globalisée. Ne doutons pas que dans toute cette histoire cette nomination a été faite pour rassurer Mme Merkel sur la soumission de notre pays (enfin de ce qu'il en reste) à l'Allemagne.

Ce tournant marque bel et bien la fin du socialisme au sein du PS qui aujourd'hui est voué corps et âme au laisser faire - laisser passer. Jaurès et Blum doivent en être très fiers !

Enfin, avec Christiane Taubira maintenue à la justice et Najat Vallaud-Belkacem nouvelle ministre de l'Education nationale, le communautarisme sort encore grand vainqueur de ce remaniement qui n'en a que le nom !

Cet "acte d'autorité" - selon les propres mots du premier Ministre - est la preuve que la période que nous traversons est belle et bien une crise de confiance politique et une rupture idéologique au sein d'une équipe en perdition. N'en déplaise aux éternels ennemis de la République gaullienne, nous ne sommes absolument pas face à "LA" crise de nos institutions dont ils aimeraient tant se servir pour retourner vers une IVème République où les Français n'avaient pas leur mot à dire concernant celui qui devait conduire le destin de la Nation !

La Vème République est une République exigeante qui refuse la médiocrité afin de porter la France vers les sommets. Changer de constitution pour faire plaisir aux médiocres ne modifiera en rien les pratiques politiques si l'on ne se décide pas une fois pour toute de confier les reines de notre pays à des hommes compétents !

Maintenant, le plus dur commence pour Manuel Valls qui entend poser la question de confiance alors qu'un gouvernement non assuré de sa majorité peut juridiquement y renoncer. Les députés frondeurs, douchés par le tournant social-libéral clairement assumé par l'exécutif, iront-ils au bout de leur action en votant NON à cette question de confiance ? Rien n'est moins sûr étant donné que privée de cette confiance, la dissolution serait le seul recours pour un exécutif jusqu'au-boutiste qui verrait la plupart des députés socialistes battus ! Il est donc fort à parier qu'au meilleur des cas ces frondeurs s'abstiendront. Pour autant, nous suivrons avec grand intérêt les prochains textes et budgets qui seront âprement débattus. Une situation qui n'est pas sans rappeler la présidence de Giscard entre 1976 et 1981 avec le RPR de Jacques Chirac.

 

----------------------

Vous pouvez débattre avec nous sur ce sujet dans notre forum en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://upf-rsi.activebb.net/t759-crise-politique-ou-crise-de-regime#6301

Mis à jour ( Mercredi, 27 Août 2014 09:34 )
 
Crise politique ou crise de régime ? PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Lundi, 25 Août 2014 11:48
Communiqué du Bureau National de l'UPF du 25 août 2014

Voici dans son intégralité le communiqué du Bureau National de l'UPF concernant la démission du gouvernement :

Le gouvernement Valls est tombé ce matin, comme au temps béni de la IVème République qui voyait se succéder les cabinets fantoches.

Cette démission est un aveu cinglant d’impuissance de la part du couple exécutif, tant dans la gestion des hommes de la majorité que dans la politique menée pour la France, qui s’abime mois après mois sur les récifs du chômage, de la déflation et de l’atlantisme forcené.

Car, si seul le navire gouvernemental prenait l’eau, la gravité n’en serait que toute relative mais c’est bien la France qui se noie jour après jour.

Le changement de cap attendu, notamment sur le plan économique, n’interviendra pas plus aujourd’hui que demain puisque Manuel Valls est confirmé dans ses fonctions (pour combien de temps vu que l'obtention d'une majorité au Parlement sera chose quasi impossible ?)

Il faut donc envisager l’avenir autrement, ne plus rien attendre de ces responsables politiques incapables de redresser la France et de lui faire retrouver son rôle dans le monde ; mobiliser nos énergies en signifiant aux partis politiques la fin de la récréation et entreprendre de se rassembler librement dans le respect de nos diversités pour construire l’alternative gaulliste, républicaine et sociale dont notre pays a tant besoin. 

 

----------------------

Vous pouvez débattre avec nous sur ce sujet dans notre forum en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://upf-rsi.activebb.net/t759-crise-politique-ou-crise-de-regime

Mis à jour ( Lundi, 25 Août 2014 13:28 )
 
L'UPF et les européennes PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Lundi, 05 Mai 2014 14:16
Communiqué du Bureau National de l'UPF du 5 mai 2014


Voici dans son intégralité le communiqué du Bureau National de l'UPF concernant les élections européennes du 25 mai 2014 :

Le 1er Mai dernier, Marine Le Pen a demandé au peuple français de ne pas la décevoir lors des élections européennes qui auront lieu dans quelques semaines.

Et bien, prenons là au mot... et signifions lui que ni en France, ni en Europe, nous ne cautionnerons la montée des extremistes et des conservatismes qui portent en germe la haine de l'autre, la division des citoyens et un nationalisme larvé aux antipodes des valeurs gaullistes que nous portons.

Quelles alternatives existent pour exprimer ce message ?

Les européistes de l'UMP, du PS, en passant par le centre ou les écologistes sont disqualifiés de fait. Autant les uns que les autres se sont assis sur le vote des Français du 29 mai 2005 et tous ont accepté le traité de Lisbonne et l'intégration européenne à marche forcée, dont le dernier avatar du pacte budgétaire européen (que le président de la République s'était pourtant engagé à renégocier) parachève la construction d'une Europe néolibérale en instaurant une austérité permanente.
 
Mis à jour ( Lundi, 25 Août 2014 11:49 )
Lire la suite...
 

Sondage

Si l'UMP était au pouvoir, pensez-vous qu'elle ferait mieux, pareil ou moins bien que la gauche ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com