Nous sommes le Vendredi, 23 Jui 2017
Vous etes ici :     Home
Second Tour Législatives 2017 : Majorité absolue pour Macron à l’Assemblée Nationale, moins large que prévue PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Dimanche, 18 Juin 2017 22:57
Communiqué du Bureau National de l'UPF du 18 juin 2017
 
 



Réaction du Bureau National de Union du Peuple Français au soir du second tour des élections législatives :

 

 

A peine plus de 1 Français sur 3 se sont déplacés dans les bureaux de vote en ce dimanche 18 juin. Le taux d'abstention record de 57% est bien le principal chiffre à retenir dans ce scrutin, après un premier tour déjà boudé par plus de la moitié des Français.

Le rejet de la classe politique est acté. Les députés élus sont disqualifiés et la légitimité de cette nouvelle Assemblée Nationale est clairement contestée. 

Et si Emmanuel Macron obtient bien sa majorité absolue (sans le MoDem), il n'y a pas de victoire écrasante.

                               

L'effet de balancier que nous souhaitions au lendemain du premier tour a joué son rôle.

Il permet à Jean Lassalle ; Julien Aubert ou Christian Hutin de retrouver l'Assemblée Nationale. Il y aura donc bien des gaullistes au Palais Bourbon lors de la prochaine législature. Ils seront nos porte-voix.

Mais que l'on ne s'y trompe pas : la défiance de nos concitoyens ; une majorité parlementaire mal élue et les louvoiements du président de la République sur le contenu des principales réformes sont autant d'éléments d'incertitudes sur l'avenir de notre pays dans les prochains mois.

La séquence électorale qui s'achève laissera des traces. L'atomisation du paysage politique laisse présager une profonde recomposition. Elle n'épargnera pas notre famille politique. Les gaullistes devront clarifier leurs positions, notamment vis à vis des extrêmes, et faire un réel travail de réflexion et de propositions sur la France des années 2020 afin de redevenir une force qui compte et qui est utile à la vie politique.

Mis à jour ( Dimanche, 18 Juin 2017 23:42 )
 
Premier Tour Législatives 2017 : Français, réveillez-vous, la désespérance ne fait pas une politique ! PDF Imprimer E-mail
Écrit par Administrator   
Lundi, 12 Juin 2017 10:35
Communiqué du Bureau National de l'UPF du 12 juin 2017
 
 



Réaction du Bureau National de Union du Peuple Français au lendemain du premier tour des élections législatives :

 

 

 

Les enseignements du premier tour de ces élections législatives sont clairs : les Français ne veulent plus entendre parler de politique et surtout pas par ceux qui se sont alternativement partagés le pouvoir depuis 30 ans. 

La majorité du corps électoral (51,29%) a choisi de bouder les urnes. C'est du jamais vu. Cela tient tout à la fois au quinquennat et au calendrier électoral - qui place, depuis 4 législatures, ces élections cruciales un mois après le veritable juge de paix que constitue la présidentielle - ainsi qu'à la grande lassitude des électeurs après une très longue séquence électorale qui n'a pas permis de réconcilier nos concitoyens avec leur classe politique constamment engluée dans les affaires - quel que soit le bord, la couleur ou l'origine - et où aucun débat de fond n'a émergé. 

Les conséquences, considérablement amplifiées par le mode de scrutin majoritaire qui a les défauts de ses qualités, sont sans appel : il n'y aura qu'une seule triangulaire cette année au second tour et une vague de députés macronistes inconnus et inexpérimentés va déferler sur le Palais Bourbon dimanche prochain. 

Dans ce contexte les candidats qui ont sollicité et affiché le soutien de l'UPF, notamment Henri Guaino (4,51%) et Mathieu Servagi (9,30%), n'ont pas démérité. 

Ce qui est également certain, c'est que nous ne viendrons pas pleurer sur la disparition électorale du Parti Socialiste et le score médiocre des Républicains qui sont bien mérités. Ils ont créé eux-mêmes les conditions de leur rejet. Ils ont empêché toute respiration démocratique. Ils ont acheté et monopolisé les médias censés nous informer objectivement. 

Mais le remède proposé est pire que le mal. Non pas dans la transformation du paysage politique mais dans la déferlante qui permettra à Emmanuel Macron d'avoir les mains libres, malgré l'abstention record, pour appliquer son projet économiquement et politiquement suicidaire pour la France. 

Ces 400 élus de La République En Marche vont se trouver investis d'une sorte de « mandat impératif » sans autre but que celui de soutenir le président de la République. 

C'est pourquoi nous appelons de nos voeux à un effet de balancier au second tour qui vienne minorer la victoire annoncée des troupes du parti d'Emmanuel Macron. 

Aussi, nous invitons les Français à faire le choix, chaque fois que la possibilité leur en est laissée, de privilégier au second tour tous les candidats résolument républicains, démocrates et exempts de toute connivence avec les extrêmes, aux candidats de la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron.

En tout état de cause, ces résultats font peser sur l'Union du Peuple Français la grande responsabilité d'appeler, dès à présent, la famille gaulliste à se rassembler afin de résister à la politique qui sera menée durant ce quinquennat et qui sera marquée par une réduction du pouvoir d'achat ; la disparition annoncée du droit du travail et une soumission toujours plus forte de la France au pouvoir de Bruxelles et à celui des lobbys financiers ! 

Nous communiquerons prochainement dans ce sens.

 

Mis à jour ( Dimanche, 18 Juin 2017 23:39 )
 
L'écran de fumée de la loi de moralisation de la vie publique par Christophe CHASTANET PDF Imprimer E-mail
Écrit par Christophe   
Vendredi, 02 Juin 2017 11:07

 

François Bayrou, Garde des Sceaux mis en examen, a présenté hier le premier projet de loi du quinquennat Macron sur la moralisation de la vie publique devant un parterre de journalistes l’attendant au tournant sur l’affaire Ferrand qui empoisonne l'exécutif depuis plusieurs jours – ils en furent pour leurs frais – avide d'annonces à sensations.

La morale est l'ensemble des règles de conduites qui, dans une société, déterminent les comportements à adopter ou au contraire à éviter.

Or, les Français sont exaspérés par les affaires à répétition et n’acceptent plus que l’argent public – le leur – ne soit pas utilisé à bon escient.

Alors, certes, il était plus que temps d’encadrer des pratiques contestables et contestées (suppression de la réserve parlementaire ; interdiction pour les parlementaires de continuer à exercer une activité de conseil ou d’embaucher un membre de leur famille) pour tenter de redonner confiance aux citoyens désabusés par cette classe politique médiocre, toute entière obsédée par les privilèges liés à la conquête ou la conservation du pouvoir.

Certes, cela ne peut pas faire de mal de réduire certaines prérogatives, tel le privilège de juridiction dont bénéficiait les ministres avec la Cour de justice de la République (créée par la révision constitutionnelle du 27 juillet 1993 sous François Mitterrand) ou de tenter de réformer le financement des partis politiques, par la création d’une « banque de la démocratie ».

                                 

Mais la morale ne se décrète pas. Elle est une pratique et elle s'incarne.

La preuve : le Général de Gaulle a toujours tenu à payer ses factures de gaz et d'électricité à l'Elysée mais aucun président qui lui a succédé n’a agi comme tel… c’est là que se place la frontière entre des principes, une éducation et ce qui doit être imposé par la loi.

Doit-on attendre de nos élus qu’ils se comportent comme le général de Gaulle ? certainement pas et ils en seraient, de toute manière, bien incapables.

Il s’agit, en l’espèce, de la treizième loi en la matière depuis Michel Rocard et les précédentes lois n’ont pas empêché les dérives, notamment les affaires Cahuzac ou Fillon ! 

Tout ceci pour dire que ces annonces sont peut-être très belles sur le papier mais qu’elles ne changeront pas la nature humaine, ni la véritable immoralité de la vie publique qui réside davantage dans les lobbyistes au pouvoir ou dans la soumission des élus à l'illusoire raison financière.

Mis à jour ( Vendredi, 02 Juin 2017 16:58 )
 

Sondage

Parmi les qualificatifs suivants, quels sont ceux qui traduisent le mieux votre état d’esprit à l’égard de l'élection présidentielle ?
 

Sur Facebook

Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com